37-20-084/ Cristian Gagnon c. Linda Tremblay/ Limitation temporaire

Publié le

Date d'entré en vigueur :

Date de fin :

Prenez avis que le 15 mars 2021, le Conseil de discipline de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec a imposé à Mme Linda Tremblay, travailleuse sociale, une limitation du droit d’exercer d’une période de 15 mois pendant laquelle l’intimée ne peut évaluer ou intervenir auprès des clients présentant un risque suicidaire, à moins d’obtenir de la supervision professionnelle en la matière pour la situation de chacun de ses clients.

Le Conseil de discipline a également formulé une recommandation au Comité exécutif de l’Ordre d’imposer à l’intimée une formation de trois (3) jours et un stage de perfectionnement obligatoire composé d’une supervision qui doit respecter certaines modalités.

Enfin, le Conseil de discipline a condamné l’intimée à payer les déboursés de la cause prévus à l’article 151 du Code des professions.

Mme Linda Tremblay a été reconnue coupable d’avoir commis une infraction au Code de déontologie des membres de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, tel qu’il appert de la plainte portant le numéro 37-20-084, déposée au greffe de discipline le 30 juillet 2020.

Les actes reprochés à la travailleuse sociale ont notamment trait à :
Chef 1 :
À Montréal, entre le ou vers le 5 avril 2019 et le ou vers le 14 juillet 2019, en rendant des services professionnels à A, un client qui verbalisait des propos suicidaires, l’intimée a entrepris des travaux pour lesquels elle n’était pas préparée sans obtenir l’assistance nécessaire ou n’a pas tenu compte des limites de sa compétence ou des moyens dont elle disposait. En agissant ainsi, l’intimée a contrevenu aux dispositions de l’article 3.01.01 du Code de déontologie des membres de l’Ordre professionnel des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, RLRQ c C-26, r 286.

Mme Linda Tremblay, travailleuse sociale, est donc limitée à partir du 16 avril 2021, pour une période de 15 mois, période pendant laquelle elle ne pourra évaluer ou intervenir auprès des clients présentant un risque suicidaire, à moins d’obtenir de la supervision professionnelle en la matière pour la situation de chacun de ses clients.