Plan santé : une occasion pour le gouvernement de changer de cap en misant sur la prévention et les services sociaux de proximité

Publié le

L’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (l’Ordre) voit dans le Plan santé présenté ce matin une occasion inédite de faire une plus grande place à la prévention et aux services sociaux de proximité. Il invite le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, à la saisir et à bonifier son plan, au plus grand bénéfice de la population.

Bien que certaines des 50 mesures soient reçues favorablement par l’Ordre, telles que la volonté de mettre en œuvre les recommandations de la Commission Laurent et la révision des façons de faire en soins à domicile, le plan du gouvernement, dans sa forme actuelle, réserve une place trop ténue aux services sociaux généraux et à la prévention.

« Pour redresser le réseau, on doit pouvoir compter sur des services sociaux facilement accessibles et adaptés aux besoins de chaque communauté. Ce n’est malheureusement pas ce qu’on nous présente aujourd’hui », estime M. Pierre-Paul Malenfant, T.S. et président de l’Ordre.

Des services sociaux forts, un investissement et non une dépense  

« Il faut voir le développement de services sociaux forts et la prévention comme des investissements, et non comme des dépenses », explique M. Malenfant. « Lorsque l’offre de services sociaux de proximité est suffisante, les personnes vulnérables ou traversant une période difficile reçoivent généralement des services avant que la situation ne dégénère et qu’elles se retrouvent à l’urgence en crise suicidaire, avec un problème chronique ou sévère qui aurait pu être prévenu ou avec un signalement à la protection de la jeunesse. En ce moment, malheureusement, il faut être en crise ou en situation d’extrême vulnérabilité pour recevoir des services sociaux en continu et il est évident que cela augmente la pression sur le volet santé du réseau », poursuit M. Malenfant.

L’Ordre considère, par ailleurs, que pour arriver à développer une offre de services sociaux généraux qui répond réellement aux attentes et aux besoins de la population, il serait souhaitable que le gouvernement procède à la création de directions des services sociaux dans chaque établissement. Le travail en silos, par programmes, ne permet pas une prise en charge globale qui prend en compte la complexité des situations vécues par une personne ou une famille, voire une communauté.

Des États généraux du travail social qui arrivent à point

Cette annonce de réforme du réseau de la santé et des services sociaux intervient alors que l’Ordre se lance dans l’organisation d’États généraux du travail social. L’Ordre espère que les États généraux permettront de dégager, autour d’un consensus avec les différents partenaires, les grandes orientations et le positionnement souhaités pour le travail social dans les prochaines décennies.

Cette démarche se voulant ouverte et collaborative, l’Ordre invite le gouvernement à y prendre part et espère qu’il s’engagera à mettre en œuvre les orientations qui le concerneront au terme des États généraux à l’automne 2023.

À propos de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec
L’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec regroupe plus de 15 000 membres. Son mandat est d’assurer la protection du public. Les travailleurs sociaux œuvrent majoritairement dans le réseau de la santé et des services sociaux, mais également en milieu communautaire, en pratique autonome ainsi que dans les milieux de l’enseignement et de la recherche. Les thérapeutes conjugaux et familiaux exercent en majorité dans le secteur privé, en pratique autonome.

-30-

Source :  Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec

Contact
Stéphanie Napky-Couture
Conseillère principale en affaires publiques
514 622-6050
[email protected]

Lien connexe
https://www1.otstcfq.org