FAQ Admission et perfectionnement

 

Informations générales : admission et perfectionnement

L’OTSTCFQ est l’abréviation formée des lettres initiales de l’Ordre des Travailleurs Sociaux et des Thérapeutes Conjugaux et Familiaux du Québec. Comme l’indique son nom, l’OTSTCFQ encadre les professions de travailleur social ou de travailleuse sociale (T.S.) et de thérapeute conjugal(e) et familial(e) (T.C.F.), qui possèdent chacune des champs d’exercice spécifiques et clairement définis par le Code des professions du Québec. Ainsi l’OTSTCFQ a le mandat de protéger le public, c’est-à-dire les personnes qui vont rencontrer ces professionnel(le)s (T.S. ou T.C.F.), en contrôlant la compétence et l’intégrité de ses membres. L’OTSTCFQ tient son mandat de l’État québécois.

Retrouvez plus d’informations :

Il est important de comprendre que votre permis d’exercice est délivré une seule fois lors de votre première demande d’admission. Ensuite, il faut vous inscrire au tableau de l’Ordre pour pouvoir exercer votre profession. Il est de votre responsabilité de maintenir et de renouveler chaque année votre inscription au tableau de l’Ordre. Pour cela, il faut payer votre cotisation annuelle dans le temps imparti.

Retrouvez plus d’informations :

Le tableau de l’OTSTCFQ est un registre des membres T.S. et T.C.F. Celui-ci peut indiquer pour chaque membre son :

  • Nom
  • Prénom
  • Numéro de permis
  • Sexe
  • Autorisation de pratique (T.S., T.C.F., médiateur(-trice) familial(e), psychothérapeute)
  • Coordonnées de l’employeur : nom de l’employeur, adresse du lieu de travail principal, ville, région

Vous avez l’obligation de vous inscrire au tableau si vous souhaitez utiliser le titre professionnel de T.S. et/ou T.C.F. et exercer des activités en lien avec votre profession.

Toute personne qui utilise le titre de T.S. ou T.C.F ou qui exerce une activité professionnelle réservée aux professions, sans être inscrite à notre tableau à titre de membre en règle, commet une infraction et est sujette à une poursuite pénale pour usurpation de titre et/ou exercice illégal de la profession.

Retrouvez plus d’informations sur :

Si vous n’êtes plus inscrit(e) au tableau de l’Ordre et que vous souhaitez devenir membre de nouveau, vous devez procéder à votre réinscription et vous acquitter des frais afférents. La demande de réinscription au tableau se fait depuis Mon espace.

Chaque année, l’OTSTCFQ envoie des courriels à l’adresse courriel que vous avez mentionné pour correspondre avec vous; nous l’appelons couramment le courriel de correspondance. Dans ce courriel, nous vous informons que vous devez renouveler votre inscription avant le 31 mars (art. 85.3 du Code des professions) pour maintenir votre inscription au tableau de l’Ordre. En ce sens, il est de votre responsabilité d’inscrire un courriel de correspondance valide ainsi que de consulter régulièrement votre boîte courriel incluant vos courriels indésirables.

Selon le Code des professions, si vous avez dépassé le délai imparti pour renouveler votre inscription vous devrez procéder à votre réinscription. Une réinscription implique de payer des frais de réinscription de 183,96 $ (taxes incluses), en plus de l’inscription annuelle (cotisation). Chaque année, des membres découvrent les conséquences d’un dépassement des délais. À cet égard, prenez note qu’aucun délai ne sera accordé, peu importe le motif. Il est de votre responsabilité de procéder à votre renouvellement annuel en ligne dans le temps imparti et de payer votre facture avant le 31 mars 2021 afin de ne pas être pénalisé(e).

Par ailleurs, l’Ordre avisera votre employeur, ce qui peut avoir des répercussions majeures sur votre emploi si celui-ci vous exige d’appartenir à l’Ordre pour exercer la profession. À cet effet, notez qu’il faut compter un délai d’environ deux (2) semaines pour que nous procédions à une réinscription au tableau.

L’OTSTCFQ n’offre pas ce type de service. Si vous souhaitez réorienter votre carrière professionnelle et obtenir une consultation en orientation professionnelle, nous vous invitons à consulter un (une) conseiller(-ère) en orientation. Vous pouvez également consulter les programmes et diplômes donnant accès au permis d’exercice sur notre site internet.

 

 

Stage de perfectionnement

Les demandes d’admission et de réinscription plus de 5 ans sont étudiés conformément à l’article 45.3 du Code des professions qui permet au Conseil d’administration d’évaluer la compétence d’une personne qui demande la délivrance d’un permis visée à l’article 42 alors qu’elle satisfait aux conditions qui y sont prévus depuis un nombre d’années supérieur à celui prévu à cet effet par le Règlement sur les stages de perfectionnement de l’OTSTCFQ (c. C-26, r. 296).

Cette rubrique STAGE DE PERFECTIONNEMENT s’adresse seulement aux :

  • titulaires d’un diplôme universitaire en travail social/service social obtenu au Québec et ayant eu leur diplôme il y a plus de 5 ans
  • titulaires du diplôme universitaire en thérapie conjugale et familiale de Mc Gill et ayant eu leur diplôme il y a plus de 5 ans
  • titulaires d’un diplôme d’État français d’assistant de service social (DEASS) ayant obtenu leur diplôme il y a plus de 5 ans et qui n’a pas été obtenu par validation des acquis de l’expérience
  • aux personnes ayant été membres de l’Ordre auparavant à titre de T.S. ou T.C.F., mais ayant été absent(e)s du tableau de l’Ordre durant plus de 5 ans.

Note : Un stage est une formation pratique. Le stage de perfectionnement désigne une formation pratique ou des cours ou bien une combinaison de ces deux types de perfectionnement.

Demande d’amission plus de 5 ans

Signifie que vous avez obtenu votre diplôme il y a plus de cinq ans (date à date), mais que vous ne vous êtes jamais inscrit(e) au tableau de l’Ordre depuis son obtention. Dans ce cadre, vous réalisez votre première demande d’admission pour obtenir votre permis d’exercice puis votre première inscription au tableau de l’Ordre, cinq ans après avoir obtenu votre diplôme.

Demande de réinscription plus de 5 ans

Signifie que depuis les cinq dernières années, vous ne vous étiez pas réinscrit(e) au tableau de l’Ordre (date à date). Vous aviez déjà obtenu votre permis d’exercice. Dans le cadre d’une demande de réinscription au tableau (plus de 5ans), vous n’êtes plus membres depuis plus de 5 ans.

En vertu du Règlement sur les stages de perfectionnement, si vous êtes candidat(e) à une de nos professions et diplômé(e) en travail social ou en thérapie conjugale et familiale du Québec depuis plus de 5 ans ou ayant obtenu votre DEASS il y a plus de 5 ans (et qui n’a pas été obtenu par VAE) ou absent(e) du tableau de l’Ordre depuis plus de 5 ans, vous pourriez vous voir imposer un stage de perfectionnement lors de votre demande d’admission ou de réinscription au tableau de l’Ordre.

Le stage de perfectionnement est un moment propice à la mise à jour des compétences pour le (la) professionnel(le) étant donné l’évolution de la profession dans les cinq dernières années. Il peut inclure une formation pratique ou des cours ou bien une combinaison des deux, selon l’évaluation de votre dossier. Vous devrez réaliser ces exigences dans un délai imparti. Plus précisément :

  • Une période de formation pratique vise la mise à jour des compétences professionnelles dans la réalisation d’un processus complet d’intervention en travail social ou en thérapie conjugale et familiale, sur la base des grandes étapes du processus d’intervention, issues du Référentiel d’activité professionnelle lié à l’exercice de la profession de travailleuse sociale ou travailleur social au Québec ou du Référentiel d’activité professionnelle lié à l’exercice de la profession de thérapeute conjugale et familiale ou thérapeute conjugal et familial au Québec, dans un milieu où vous êtes en mesure d’exercer les activités professionnelles sous la supervision d’un(e) membre de l’Ordre détenant un permis de T.S. ou de T.C.F. Notez que la formation pratique N’EST PAS un stage en travail social ou en thérapie conjugale et familiale comme le font les étudiant(e)s ou certain(e)s candidat(e)s dont les dossiers sont étudiés par voie d’équivalence, mais bien un temps de perfectionnement en emploi. Durant cette formation pratique, pouvant s’étayer jusqu’à un maximum de 800 heures incluant une supervision directe pouvant aller jusqu’à 80 heures (hors stage en pratique autonome), le (la) superviseur(e) s’engage à assurer votre supervision selon le nombre d’heures demandé par le CAE et à faire parvenir le résultat de son évaluation à la mi-stage (évaluation formative) puis à la fin du stage (évaluation sommative).
  • La participation à des cours offerts dans le cadre du programme de formation continue de l’Ordre, dont notamment la Rédaction de dossiers : normes et guide de pratique pour les T.S. et les T.C.F., Lois, règlements et normes : balises pour soutenir l’intervention des T.S. et T.C.F. et, pour les T.S., la possibilité d’une troisième formation intitulée Évaluation du fonctionnement social. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur le contenu de ces formations, ou encore connaître les dates des prochaines sessions, nous vous invitons à consulter notre plateforme des activités de formation continue.

L’OTSTCFQ n’impose pas obligatoirement un stage de perfectionnement aux candidat(e)s à la profession. Afin d’étudier votre candidature, vous devez déposer un dossier complet comportant tous les documents pertinents ou explicatifs des 5 dernières années et payer les frais d’étude de dossier. Selon votre dossier, il est possible que nous vous fassions parvenir une fiche d’auto-évaluation. Notre objectif est toujours d’évaluer si vous avez pu maintenir à jour les compétences nécessaires à l’exercice de la profession afin de garantir la protection du public.

Vous devez réunir tous les documents pertinents ou explicatifs (par ex. : CV, attestations de cours universitaires suivis, d’emplois, de bénévolat, de formation, de participation à la recherche, de supervision, etc.) pour faire la démonstration du maintien de vos compétences au cours des cinq dernières années pour l’exercice de la profession. Dès que vous avez réuni tous les documents requis pour votre dossier, vous pouvez déposer en ligne votre demande d’admission plus de 5 ans ou de réinscription plus de 5 ans à l’OTSTCFQ en payant les frais associés.

Dans un premier temps, la Direction des admissions et du perfectionnement procédera à l’étude de votre dossier et préparera une grille d’analyse pour l’étude des dossiers d’admission et de réinscription de plus de 5 ans en parallèle avec le Règlement sur les stages de perfectionnement des membres de l’Ordre professionnel des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec. Cette grille d’analyse est complétée à partir des documents que vous avez fournis. S’il nous manque des informations, il est possible que nous vous fassions parvenir une fiche d’auto-évaluation. L’étude du dossier permet à l’Ordre d’évaluer votre expérience professionnelle à savoir si vous avez pu maintenir à jour les compétences nécessaires à l’exercice de la profession au cours des cinq dernières années, cela afin de garantir la protection du public.

Dans un second temps, votre dossier passera par le Comité des admissions et des équivalences (CAE) qui recommandera ou non l’imposition d’un stage de perfectionnement (comprenant une période de formation pratique et/ou des cours). L’imposition d’un stage de perfectionnement n’est pas automatique.

  • Si aucune imposition de stage de perfectionnement n’est recommandée, vous pourrez vous inscrire au tableau de l’Ordre et vous n’aurez pas de formation pratique ou de cours à réaliser. Cette décision vous sera communiquée par courriel.
  • Si le CAE vous impose un stage de perfectionnement, vous pourrez vous inscrire au tableau de l’Ordre, mais celui-ci pourra imposer des limitations de pratique. Vous aurez des exigences à réaliser, dans un délai imparti.
  • Le stage de perfectionnement peut inclure une formation pratique ou des cours ou bien une combinaison des deux selon l’évaluation de votre dossier. Pour plus d’information, veuillez-vous référer aux questions précédentes : Qu’est-ce qu’un stage de perfectionnement? M’imposera-t-on obligatoirement un stage de perfectionnement si je m’inscris après 5 ans? Cette décision vous sera communiquée par courriel. Celle-ci sera accompagnée d’une grille d’analyse qui vous permettra de comprendre comment votre dossier a été étudié.

Si, au terme de ce processus, vous êtes insatisfait(e), vous pouvez vous adresser au Commissaire à l’admission aux professions. Celui-ci reçoit toute plainte relative à l’admission à une profession et, lorsqu’approprié, donne son avis et fait des recommandations à l’Ordre à cet égard.

Retrouvez plus d’informations :

Le CAE peut décider de vous :

  • délivrer un permis ou vous autoriser à vous inscrire au tableau de l’Ordre sans imposition de stage de perfectionnement;
  • délivrer un permis ou vous autoriser à vous inscrire au tableau de l’Ordre avec imposition d’un stage de perfectionnement;
  • délivrer un permis ou vous autoriser à vous inscrire au tableau de l’Ordre avec imposition de stage de perfectionnement incluant une limitation du droit de pratique pendant la totalité ou une partie du stage (une limitation peut notamment concerner les lieux de pratique autorisés, les activités professionnelles autorisées, la surveillance dont doivent faire l’objet les activités professionnelles);
  • refuser la délivrance du permis ou l’inscription au tableau de l’Ordre.

Avant de débuter votre formation pratique, vous devez obtenir l’autorisation de la Direction des admissions et du perfectionnement afin de faire approuver votre milieu et votre superviseur(e) de stage. À cet effet, vous devrez compléter le Contrat de supervision de stage entre supervisé et superviseur et le transmettre à [email protected].

En vue d’offrir au membre la plus grande souplesse, l’Ordre n’établit pas de modalités relatives à l’organisation de l’horaire du stage. Vous devez proposer un échéancier à l’Ordre et ce dernier doit être approuvé par la Direction des admissions et du perfectionnement. Toutefois, il est souhaitable que vous consacriez un minimum de 2 jours par semaine au stage, et ce, pour pouvoir bénéficier des fins pédagogiques et d’acquisition des compétences.

Un stage ne peut s’échelonner sur une période de plus de 12 mois consécutifs. La formation pratique peut être effectuée à temps complet ou à temps partiel, dans le cadre d’un emploi rémunéré ou d’activités bénévoles.

Une fois que vous avez débuté votre formation pratique, le (la) superviseur(e) s’engage à assurer votre supervision selon le nombre d’heures demandé par le CAE et à faire parvenir le résultat de son évaluation à la mi-stage (évaluation formative), puis à la fin du stage (évaluation sommative). Vous trouverez le rapport d’évaluation de stage dans le Guide d’évaluation de stage.

Supervision de la formation pratique (hors pratique autonome)

Le nombre d’heures de supervision directe doit correspondre à au moins 10 % du nombre d’heures de pratique. Par exemple, 80 heures de supervision dans le cadre d’une formation pratique de 800 heures ou bien 50 heures de supervision dans le cadre d’une formation pratique de 500 heures.

Si vous souhaitez réaliser votre stage en pratique autonome, veuillez-vous référer à la question : Puis-je réaliser mon stage de perfectionnement dans le cadre de ma pratique autonome?

Exigences à l’égard du (de la) superviseur(e)

Un(e) superviseur(e) de stage ne peut pas être en conflits d’intérêt ou en apparence de conflits d’intérêts. Il (elle) pourrait se trouver en conflit d’intérêts dans les situations suivantes :

  • s’il (elle) est un(e) collègue du même programme ou de la même équipe que vous
  • s’il (elle) est votre supérieur(e) hiérarchique
  • s’il (elle) a travaillé très étroitement avec vous dans les dernières années
  • s’il (elle) a des liens conjugaux, familiaux ou d’amitié avec vous.

Critères d’éligibilité d’un(e) superviseur(e)

Le (la) superviseur(e) devra répondre aux critères suivants :

  • Être membre de l’OTSTCFQ depuis au moins 3 ans, à titre de T.S. ou T.C.F., selon votre profession.
  • Avoir au moins 5 ans d’expérience professionnelle (la personne qui supervisera doit joindre son curriculum vitae à l’appui).
  • Avoir suivi une formation portant sur la supervision.
  • Démontrer une bonne pratique professionnelle.
  • Ne jamais avoir fait l’objet de décisions disciplinaires.

Retrouvez plus d’informations :

L’exercice des activités professionnelles de T.S. ou T.C.F. en pratique autonome, par une personne visée par le Règlement sur le stage de perfectionnement, soulève des questions d’ordre professionnel et pratique. Même si l’Ordre n’impose aucune exigence, à l’heure actuelle, relativement à l’exercice de la profession en pratique autonome, l’encadrement de ces personnes est essentiel. Cependant, il n’est pas pertinent d’imposer un stage de perfectionnement en établissement aux personnes exerçant déjà ou prévoyant exercer uniquement en pratique autonome.

Toute demande de projet de stage en pratique autonome devra être étudiée par la Direction des admissions et du perfectionnement. En fonction de votre parcours professionnel, le nombre d’heures de supervision exigées (10 % du nombre d’heures de stage) pourrait être haussé par la Direction des admissions et du perfectionnement afin de s’assurer d’un encadrement rigoureux.

Exigences à l’égard du (de la) superviseur(e)

Un(e) superviseur(e) de stage ne peut pas être en conflits d’intérêt ou en apparence de conflits d’intérêts. Il (elle) pourrait se trouver en conflit d’intérêts dans les situations suivantes :

  • s’il (elle) est un(e) collègue du même programme ou de la même équipe que vous
  • s’il (elle) est votre supérieur(e) hiérarchique
  • s’il (elle) a travaillé très étroitement avec vous dans les dernières années
  • s’il (elle) a des liens conjugaux, familiaux ou d’amitié avec vous.

Critères d’éligibilité d’un(e) superviseur(e)

Le (la) superviseur(e) de stage devra répondre aux critères suivants :

  • Être membre de l’OTSTCFQ depuis au moins 10 ans, à titre de T.S. ou T.C.F., selon votre profession.
  • Posséder au moins 10 ans d’expérience professionnelle en pratique autonome.
  • Avoir supervisé des stagiaires en travail social ou thérapie conjugale et familiale antérieurement.
  • Avoir suivi une formation portant sur la supervision.
  • Avoir été inspecté(e) par l’OTSTCFQ au cours des 10 dernières années et avoir démontré une bonne pratique professionnelle.
  • Ne jamais avoir fait l’objet de décisions disciplinaires.

Si le Comité des admissions et des équivalences (CAE) recommande une imposition de stage de perfectionnement (période de formation pratique et/ou des cours), vous pouvez vous inscrire au tableau de l’Ordre. Ainsi, vous pourrez réaliser vos heures de formation pratique et vos cours dans le cadre d’un emploi rémunéré sur un poste de T.S. ou de T.C.F., selon votre cas. Toutefois, vous devrez exercer votre profession sous supervision tant et aussi longtemps que vos exigences n’auront pas été complétées.

Pour information supplémentaire, un stage de perfectionnement n’est pas un stage en travail social ou un stage en thérapie conjugale et familiale comme le font les étudiant(e)s ou certains candidat(e)s dont les dossiers sont étudiés par voie d’équivalence, mais bien un temps de perfectionnement en emploi. Durant cette formation pratique, pouvant s’étayer jusqu’à un maximum de 800 heures incluant une supervision directe pouvant aller jusqu’à 80 heures, vous devrez fournir deux rapports d’évaluation de stage (formative et sommative). Si l’OTSTCFQ vous impose un stage de perfectionnement, vous pourrez réaliser votre période de formation pratique en étant membre de l’Ordre si vous vous inscrivez au tableau de l’Ordre (par le paiement de votre inscription annuelle).

Par exemple, vous pourrez postuler à des postes de travailleuses sociales, toutefois vous devrez vous assurer, à l’interne ou à l’externe, de bénéficier d’une supervision clinique et de suivre vos formations, le cas échéant, ainsi que répondre aux exigences de l’Ordre et fournir vos évaluations de stages.

En tant que professionnel(le) inscrit(e) au tableau de l’Ordre, même avec une imposition de stage de perfectionnement, vous êtes membre de l’OTSTCFQ. Vous pouvez postuler à des postes de T.S. ou T.C.F. et exercer votre profession. Le stage de perfectionnement ne remet pas en doute vos diplômes et vos formations; il participe simplement à la mise à jour de vos compétences compte tenu l’évolution de la profession et au regard de la protection du public.

Puisque vous devrez être supervisé(e), vous pourriez, soit convenir avec votre employeur d’une supervision à l’interne, soit vous devrez trouver par vous-même une supervision externe auprès d’un(e) professionnelle T.S. ou T.C.F.

Note : Les frais associés au stage de perfectionnement peuvent être élevés puisqu’ils impliquent l’inscription à des formations et, au besoin, à de la supervision privée.

Le (la) superviseur(e) s’engage à assurer votre supervision selon le nombre d’heures demandé par le CAE et à faire parvenir le résultat de son évaluation à la mi-stage (évaluation formative) puis à la fin du stage (évaluation sommative).

Pour précision :

  • Vous pouvez être embauché(e) à titre de T.S. et exercer la profession, incluant les activités réservées, sous la supervision d’un(e) T.S. ou vous pouvez être embauché(e) à titre de T.C.F. et exercer la profession, incluant les activités réservées, sous la supervision d’un(e) T.C.F.
  • Vous pouvez débuter votre recherche d’emploi et expliquer à l’employeur le besoin de supervision pour le nombre d’heures de stage demandé par l’Ordre au moment de l’embauche.
  • L’employeur peut communiquer avec la Direction des admissions et du perfectionnement pour clarifier toute question relative au permis d’exercice et/ou au stage de perfectionnement.
  • Vous pouvez réaliser votre formation pratique dans votre milieu de travail pourvu que le milieu vous permette de réaliser un processus complet d’intervention en travail social ou en thérapie conjugale et familiale.
  • La formation pratique peut être réalisée en contexte institutionnel (ex. : CISSS, CIUSSS), dans le milieu communautaire ou en pratique autonome. Toutefois, pour les T.S., il n’est pas recommandé de réaliser votre stage en pratique autonome.
  • La supervision peut être offerte par le milieu de travail aussi longtemps qu’il n’y a pas de conflit d’intérêt. Pour plus d’information, veuillez-vous référer aux questions suivantes : Comment s’organise la formation pratique? Qui peut me superviser?

Lorsque toutes les exigences auront été respectées, votre dossier, incluant votre rapport final de stage et les attestations de participation de formation, sera soumis au CAE. Celui-ci décidera de la réussite ou de l’échec du stage de perfectionnement. En cas d’échec, la formation pratique devra être reprise.

 

 

Diplômé(e) du Québec en travail social ou thérapie conjugale et familiale

Si vous êtes diplômé(e) d’un des diplômes donnant accès au permis de T.S. vous pourrez devenir membre de l’OTSTCFQ. Dans ce cas, vous devrez remplir une demande d’admission en ligne afin d’obtenir un permis d’exercice puis vous devrez faire votre inscription au tableau de l’Ordre. Pour cela, retrouvez les différents documents à nous faire parvenir sur notre site internet :

Afin de répondre à l’ensemble de vos questions concernant l’OTSTCFQ et la profession, nous avons réalisé des capsules vidéo explicatives :

Actuellement, seulement le diplôme de Master of Science (Applied) Couple and Family Therapy de l’Université McGill donne accès au permis de thérapeute conjugal(e) et familial(e) par notre ordre.

Pour devenir membre de l’OTSTCFQ à titre de T.C.F., vous devrez remplir une demande d’admission en ligne afin d’obtenir un permis d’exercice, puis vous devrez faire votre inscription au tableau de l’Ordre. Pour cela, vous trouverez les différents documents à nous faire parvenir sur notre site internet :

Concernant le développement d’un programme de maîtrise universitaire francophone en thérapie conjugale et familiale au Québec, la direction de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a approuvé le développement du programme et un comité de travail a été mis sur pied avec des représentant(e)s du département de psychologie, du département de psychoéducation et du décanat des études pour faire avancer le projet. Pour l’instant, nous ne connaissons pas la date d’entrée en vigueur de ce programme.

Si vous avez obtenu un diplôme en travail social ou en thérapie conjugale et familiale de l’Université McGill, vous devrez joindre à votre demande d’admission l’un des documents suivants :

  • l’original ou une copie certifiée conforme du diplôme ou du relevé final de notes émis par le ministère de l’Éducation du Québec attestant de la date d’obtention du diplôme d’études secondaires au Québec, ou
  • les relevés officiels de notes attestant que vous avez complété des études secondaires ou post-secondaires totalisant 3 années entièrement en français et à temps plein, ou
  • l’attestation de réussite de l’examen de l’Office québécois de la langue française.

Si vous ne détenez aucun des documents requis, vous devrez vous inscrire à l’Office québécois de la langue française pour vous soumettre à l’examen de français, car vous ne serez pas considéré(e) comme possédant une connaissance appropriée du français pour l’exercice de la profession. Vous devez réussir l’examen de français avant d’obtenir votre permis de l’ordre.

Retrouvez plus d’informations :

Si vous avez obtenu un diplôme de maîtrise en travail social ou en service social, vous devrez joindre à votre demande d’admission l’un des documents suivants :

  • l’original ou une copie certifiée conforme du diplôme ou du relevé final de notes émis par le ministère de l’Éducation du Québec attestant de la date d’obtention du diplôme d’études secondaires au Québec, ou
  • les relevés officiels de notes attestant que vous avez complété des études secondaires ou post-secondaires totalisant 3 années entièrement en français et à temps plein, ou
  • l’attestation de réussite de l’examen de l’Office québécois de la langue française.

Si vous ne détenez aucun des documents requis, vous devrez vous inscrire à l’Office québécois de la langue française pour vous soumettre à l’examen de français, car vous ne serez pas considéré(e) comme possédant une connaissance appropriée du français pour l’exercice de la profession. Nous pourrons vous délivrer un permis d’exercice temporaire (art. 37 de la Charte de la langue française). Ensuite, un permis d’exercice régulier pourra vous être délivré(e) dès que vous nous fournirez la preuve de la réussite de l’examen.

Retrouvez plus d’informations :

 

 

Professionnel(le)s issu(e)s de l’immigration

CFETS est l’abréviation utilisée pour les candidat(e)s formé(e)s à l’étranger en travail social.

Si vous avez fait des études en travail social ou service social à l’étranger (hors Canada) et que vous déposez une demande d’admission par voie d’équivalence pour obtenir le titre de travailleur(-euse) social(e) vous serez considéré(e) comme CFETS.

Nous avons créé un guide en français, spécifiquement à l’intention des CFETS, grâce à un projet financé par le MIFI (Ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration du Québec).

Retrouvez plus d’informations :

  • Guide d’information pour les candidates formées à l’étranger en travail social (CFETS) (lien hypertexte à venir)

CFETCF est l’abréviation utilisée pour les candidat(e)s formé(e)s à l’étranger en thérapie conjugale et familiale.

Si vous avez fait des études en thérapie conjugale et familiale de niveau maîtrise/master à l’étranger (hors Canada) et que vous déposez une demande d’admission par voie d’équivalence pour obtenir le titre de thérapeute conjugal(e) et familial(e), vous serez considéré(e) comme CFETCF.

 Notes : Si vous n’avez pas réalisé vos études dans la discipline professionnelle, vous serez considéré(e) comme un(e) candidat(e) formé(e) à l’étranger dans une discipline/domaine apparenté. Veuillez-vous référer à la rubrique : Demande d’admission par voie d’équivalence.

L’Ordre n’a pas le mandat du gouvernement québécois pour accompagner les candidat(e)s à la profession et ses membres dans leurs démarches d’immigration. Si vous souhaitez être autorisé(e) à travailler sur le territoire, faire un stage ou des études, veuillez-vous renseigner directement auprès des autorités compétentes. Pour cela, vous pouvez vous rendre sur le site du Ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration du Québec (MIFI) et sur le site Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (gouvernement du Canada).

Toutefois, si vous avez déposé une demande d’admission pour une de nos professions avant votre arrivée sur le territoire, il nous fera plaisir de vous fournir une lettre à joindre à votre dossier d’immigration confirmant que vous avez débuté le processus de demande d’admission auprès de l’OTSTCFQ.

Retrouvez plus d’informations :

L’Ordre n’a pas le mandat du gouvernement québécois pour recruter des professionnel(le)s issu(e)s de l’immigration.

« Recrutement Santé Québec (RSQ) est le service officiel du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec pour recruter des professionnels de la santé et des services sociaux ayant obtenu un diplôme hors du Canada.
RSQ a pour mission de:

  • combler une partie des besoins de main-d’œuvre du réseau de la santé et des services sociaux;
  • offrir des services-conseils nécessaires aux nouveaux arrivants établis au Québec et désirant travailler dans le réseau de la santé et des services sociaux;
  • accompagner les établissements dans les démarches d’immigration, d’intégration et de rétention liées à l’embauche de travailleurs qualifiés étrangers. »

Nous ne savons pas s’il existe un service officiel qui recrute à l’étranger pour la profession de thérapeute conjugal(e) et familial(e).

Retrouvez plus d’informations :

Qualifications Québec dispose de conseillers(-ères) qui pourront vous guider vers les ressources et services les plus pertinents pour faire reconnaître, en tout ou en partie, votre formation et vos compétences. Les services sont offerts en français ou en anglais.

« Le portail Qualifications Québec est une initiative financée par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration du Québec. Ce portail, universel et gratuit, s’adresse aux personnes souhaitant faire reconnaître leurs compétences au Québec, quel que soit le lieu où elles les ont acquises. Ce portail s’adresse à tous, notamment aux personnes candidates à l’immigration ainsi qu’aux personnes immigrantes. »

De plus, les sites internet du MIFI et Québec.ca proposent différentes informations pertinentes à votre recherche d’emploi et votre intégration.

Retrouvez une liste des services d’accompagnement à l’emploi, à l’intégration, à la francisation, etc. pour les nouveaux arrivants :

Le permis d’exercice est un document conditionnant l’exercice d’une profession sur le territoire québécois, « une autorisation conditionnelle de pratique professionnelle » délivrée par un Ordre. L’OTSTCFQ délivre des permis d’exercice de T.S. et de T.C.F. lors de la première demande d’admission. Il faut être inscrit(e) au tableau de l’Ordre pour pouvoir porter le titre professionnel et exercer sa profession.

Le permis d’exercice et l’inscription au tableau de l’Ordre autorisent à porter le titre de T.S. et/ou T.C.F. au Québec seulement. Il donne la possibilité d’exercer sur des postes de T.S. ou de T.C.F. au Québec, sous réserve d’avoir une autorisation de travail (permis d’immigration ou carte de résidence permanente) des services d’immigration du Canada. Ainsi, le permis d’exercice de l’Ordre ne suffit pas pour avoir le droit de travailler au Québec si vous n’êtes pas citoyen(ne) canadien(ne).

Le permis d’immigration (Permis Vacances Travail (PVT), permis de travail fermé, permis d’étude, etc.) ou la carte de résidence permanente est délivré par les services d’immigration du Canada. Il autorise, selon le cas, à travailler sur le territoire, faire un stage, étudier, etc. sous certaines conditions.

Finalement, les démarches de demande de permis d’exercice en vertu de l’Arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM) ou d’admission par voie d’équivalence de diplôme ou de formation sont indépendantes du processus d’immigration.

Retrouvez plus d’informations :

La Direction des admissions et du perfectionnement s’occupe, entre autres, de réceptionner et évaluer les dossiers des candidat(e)s qui souhaitent faire une demande d’admission à l’OTSTCFQ pour obtenir un permis d’exercice de T.S. ou de T.C.F. Cependant, nous n’avons pas de mandat pour référer nos membres ou les aider dans leurs recherches d’emploi, ni pour les accompagner dans leur immigration. Nous vous conseillons de regarder les questions : L’Ordre recrute-t-il des travailleuses sociales ou des travailleurs sociaux étrangers pour exercer au Québec? et Quels sont les organismes qui pourraient m’orienter quant à mes qualifications professionnelles ou ma recherche d’emploi? Et pour mon intégration au Québec?

Concernant votre insertion professionnelle, nous vous conseillons de consulter le Guide d’information pour les candidates formées à l’étranger en travail social (CFETS). De plus, vous trouverez une formation gratuite sur l’intégration au monde professionnel québécois qui pourra vous orienter sur les possibles lieux d’exercice au Québec.

Retrouvez plus d’informations :

Avant tout, il faut prendre connaissance des différentes provinces au sein du Canada, car le territoire est vaste. Ainsi, chaque province a ses propres réglementations concernant la profession de travailleur(-euse) social(e). Nous vous conseillons de communiquer avec l’organisme de réglementation de la province ou du territoire où vous souhaitez exercer; vous les trouverez sur le site de l’Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux (ACTS).

Pour pouvoir exercer dans toutes les provinces du Canada, vous devrez être membre de l’organisme de réglementation dans chacune des provinces ou territoire.

Pour information, généralement, les professionnel(le)s sont membres de l’organisme de réglementation d’une province ou deux selon leur lieu d’habitation et d’exercice.

Retrouvez plus d’informations :

Si vous devenez membre de l’OTSTCFQ, vous pourrez seulement exercer au Québec, car notre ordre encadre la pratique professionnelle au Québec. Si vous êtes membre de notre ordre à titre de travailleur social ou travailleuse sociale, il sera éventuellement plus facile de vous inscrire dans une autre province ou un autre territoire auprès d’une ou de plusieurs autorités canadiennes de réglementation du travail social étant donné que vous serez déjà membre T.S. de notre ordre. Veuillez-vous renseigner directement auprès des organismes de réglementation de la province ou du territoire qui vous intéresse.

Retrouvez plus d’informations :

Actuellement, le Québec bénéficie d’une entente de mobilité professionnelle avec la France. À cet effet, un arrangement de reconnaissance mutuelle a été conclu et permet aux DEASS seulement (non valide pour les DEASS obtenus par VAE) d’obtenir leur permis de T.S. auprès de notre ordre pour exercer au Québec. Tous les autres diplômé(e)s doivent faire une demande d’admission par voie d’équivalence.

Ainsi, si vous êtes diplômé(e) en travail social ou en service social, vous pourriez devenir membre de l’OTSTCFQ selon certaines conditions en faisant une demande d’admission par voie d’équivalence. Vous retrouvez plus d’informations dans le Guide d’information pour les candidates formées à l’étranger en travail social (CFETS).

Retrouvez plus d’informations :

Notre ordre ne délivre pas d’évaluation comparative des études effectuées hors du Québec. Vous pouvez demander votre évaluation comparative des études effectuées hors du Québec auprès du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration du Québec (MIFI)

Comme le précise le MIFI :

« L’Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec est un avis d’expert délivré par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration à titre indicatif seulement. Elle n’est ni un diplôme, ni une équivalence de diplôme. L’évaluation comparative établit une comparaison générale entre deux systèmes éducatifs officiels. Elle indique à quels repères scolaires (ou principaux diplômes) et à quels domaines de formation peuvent être comparées les études effectuées à l’étranger. Bien qu’elle ne leur crée aucune obligation, plusieurs organismes de réglementation et employeurs utilisent l’Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec comme un outil dans le cadre de leur processus d’admission ou d’embauche. Par exemple, pour accéder aux emplois de la fonction publique québécoise, l’évaluation comparative est considérée au même titre que les diplômes obtenus au Québec. »

Afin de compléter ces informations, notre ordre utilise effectivement l’évaluation comparative dans le cadre du processus d’admission par voie d’équivalence. Pour qu’un diplôme étranger fasse partie de l’étude d’une demande d’admission par voie d’équivalence, vous devez soumettre l’évaluation comparative du MIFI ainsi que le diplôme et le relevé de notes de votre formation associée.

Notre ordre émet des recommandations pour une équivalence de diplôme et de formation pour nos deux professions : T.S. et T.C.F.

Finalement, certains candidats possédant un DEASS et personnes formées à l’étranger en travail social, nous ont signifié que l’employeur leur a demandé une évaluation comparative des études effectuées hors du Québec malgré leur équivalence obtenue par notre ordre.

Retrouvez plus d’informations :

À ce jour, nous ne connaissons pas d’organisme qui propose des aides financières pour professionnel(le)s formé(e)s à l’étranger.

Concernant la demande d’un crédit, il existe Microcrédit Montréal (anciennement ACEM) qui est un organisme de charité, au service de la population vulnérable depuis 30 ans :

« Grâce au programme de prêts offert par Microcrédit Montréal, vous pouvez en tant que professionnel formé à l’étranger, obtenir un financement allant jusqu’à 15 000 $ pour accélérer la reconnaissance de vos compétences et travailler dans votre domaine au Québec. »

Retrouvez plus d’informations :

Retrouvez aussi Le Moulin Microcrédits qui :

« Est un organisme de bienfaisance enregistré qui soutient les personnes immigrantes et réfugiées au Canada depuis 2005. Le Moulin offre des prêts allant jusqu’à 15 000 $ à faible taux d’intérêt aux personnes immigrantes et réfugiées qui souhaitent réaliser leurs objectifs de carrière au Canada. »

Retrouvez plus d’informations :

 

 

DEASS France (Diplôme d’état assistant(e) de service social)

Actuellement, il existe un arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM) de qualification professionnelle entre la profession de T.S. et le DEASS. Les DEASS (qui n’ont pas obtenu leur diplôme par VAE) peuvent demander le permis de T.S. et leur inscription au tableau de l’Ordre auprès de l’OTSTCFQ, sans passer par une demande d’admission par voie d’équivalence.

L’arrangement de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles (ARM) conclu par l’Ordre en vertu de l’Entente entre le Québec et la France permet seulement aux personnes qui ont obtenu un DEASS délivré à la suite d’une formation de 3 ans suivie en France, de se prévaloir de l’ARM. Cela signifie que, si vous n’avez pas réalisé les trois années de formation et que vous avez obtenu votre diplôme par VAE, vous ne pouvez pas bénéficier de cet ARM. Vous devez déposer une demande d’admission par voie d’équivalence. Veuillez consulter la rubrique : Demande d’admission par voie d’équivalence.

Retrouvez plus d’informations :

Note : Il peut être important de se renseigner avant d’immigrer, car certains documents à fournir ne sont disponibles que dans votre pays d’origine.

Selon votre situation, si vous avez obtenu votre DEASS depuis moins de cinq ans ou plus, retrouvez tous les documents à fournir dans ces liens :

Comme indiqué sur notre site internet, un délai de 3 à 4 semaines est à prévoir pour l’émission du permis et l’inscription au tableau de l’Ordre à compter du moment où votre dossier est considéré complet. Toutefois, si vous avez obtenu votre DEASS il y a plus de 5 ans, votre dossier sera étudié en vertu du Règlement sur les stages de perfectionnement. Il faut alors prévoir un délai de 3 à 8 semaines pour l’émission du permis et l’inscription au tableau de l’Ordre à compter du moment où votre dossier est considéré complet. Pour les diplômé(e)s depuis plus de 5 ans, veuillez-vous référer à la rubrique Stage de perfectionnement, pour obtenir plus d’informations.

Cependant, si la question concerne votre projet d’immigration, nous n’avons aucune idée des délais occasionnés par ces démarches et du temps nécessaire pour votre immigration. Veuillez consulter la rubrique : Professionnel(le)s issu(e)s de l’immigration.

 

 

Demande d’admission par voie d’équivalence

L’admission par voie d’équivalence est la reconnaissance, par le Conseil d’administration de l’OTSTCFQ, de la valeur de votre diplôme délivré par un établissement d’enseignement situé hors du Québec et/ou de votre formation acquise au Québec ou ailleurs, qui démontre que vous avez les compétences équivalentes à un(e) T.S. ou T.C.F. diplômé(e) du Québec d’après le Règlement sur les normes d’équivalence.

Obtenir votre équivalence vous permettra de demander votre permis d’exercice et de vous inscrire au tableau de l’Ordre pour pouvoir porter le titre professionnel et exercer votre profession au Québec.

Retrouvez plus d’informations :

Note : Il peut être important de se renseigner avant d’immigrer, car certains documents à fournir ne sont disponibles que dans votre pays d’origine.

Pour la profession de T.S., retrouvez tous les documents à fournir dans ce lien :

Pour la profession de T.C.F., retrouvez tous les documents à fournir dans ce lien :

Vous devez faire votre demande d’admission en ligne et téléverser les documents nécessaires à votre demande d’admission. Une fois le paiement de votre demande d’admission par voie d’équivalence effectué (carte de crédit), nous pourrons étudier votre dossier.

Les programmes d’études universitaires offerts dans le domaine des sciences humaines et sociales et la relation d’aide tels que la psychoéducation (ou parfois l’éducation spécialisée en Europe), la criminologie, la sexologie, la psychologie, les sciences sociales, l’animation communautaire, etc.) sont considérés comme des domaines ou disciplines apparentés au travail social.

Les programmes d’études universitaires de second cycle offerts dans le domaine de la relation d’aide tels que le travail social/service social, la psychothérapie, la sexologie, la psychologie, le counselling et spiritualité, Child and Family, etc., sont considérés comme des domaines ou disciplines apparentés à la thérapie conjugale et familiale.

Dès que vous avez en mains tous les documents requis pour votre dossier, vous pouvez déposer votre demande d’admission par voie d’équivalence à l’OTSTCFQ et payer les frais d’admission associés. La demande se fait désormais en ligne à partir du bouton : Soumettre une demande en ligne.

Dans un premier temps, les chargées d’affaires professionnelles préparent une grille d’étude de votre demande de reconnaissance d’équivalence pour la délivrance d’un permis de l’OTSTCFQ en parallèle avec le Règlement sur les normes d’équivalence. Cette grille d’étude est complétée à partir de l’analyse de votre parcours académique ainsi que de la validation de votre expérience professionnelle, lorsque pertinente. En effet, selon votre expérience, vous pourriez être convoqué(e) en entrevue pour réaliser un examen de validation de l’expérience professionnelle, dans nos locaux à Montréal ou en visioconférence.

Dans un second temps, votre grille d’étude et votre dossier sont déposés au CAE, le Comité d’admission et des équivalences. Le CAE se réunit 10 fois dans l’année et il est composé de T.S. et T.C.F. issus de différents milieux de pratique, nommés par l’Ordre. Le CAE étudie votre demande d’admission afin de formuler une recommandation au CCEP, le Comité sur le contrôle de l’exercice des professions.

Le CCEP est décisionnel, c’est-à-dire qu’il décidera s’il y a lieu de reconnaître ou non l’équivalence que vous demandez. S’il décide d’une reconnaissance partielle, le CCEP vous indiquera les cours ou les stages que vous devrez compléter avec succès pour pouvoir obtenir cette équivalence, c’est-à-dire votre reconnaissance d’équivalence. Cette décision vous sera communiquée par courriel. Celle-ci sera accompagnée de votre grille d’étude qui vous permettra de comprendre comment votre dossier a été étudié.

Si vous n’êtes pas satisfait(e) de la décision du CCEP, vous disposerez de 30 jours suivant la réception par courriel de la décision pour réclamer la révision. Pour cela, vous devrez faire une demande par écrit au secrétaire de l’Ordre, en exposant les motifs qui la justifient. Cette révision est étudiée par le Comité de révisions en matière d’équivalence qui est indépendant de l’Ordre.

Si, au terme de ce processus, une insatisfaction persiste, vous pourrez vous adresser au Commissaire à l’admission aux professions. Celui-ci reçoit toute plainte relative à l’admission à une profession et, lorsqu’approprié, donne son avis et fait des recommandations à l’Ordre à cet égard.

Retrouvez plus d’informations :

Nous vous rappelons que les démarches de demande d’admission de reconnaissance par voie d’équivalence pour obtenir un permis d’exercice de T.S. ou de T.C.F. sont indépendantes du processus d’immigration. Vous devez entreprendre, vous-même, vos procédures d’immigration auprès des gouvernements canadien et québécois dans le but d’obtenir les autorisations nécessaires pour avoir le droit de travailler sur le territoire. Veuillez-vous référer à la rubrique : Professionnel(le)s issu(e)s de l’immigration

Il y a deux façons de faire votre demande d’admission à l’OTSTCFQ avec un diplôme universitaire en travail social en provenance d’une autre province que le Québec.

La première consiste à devenir membre de l’ordre professionnel dans votre province de diplomation.

Vous pouvez lire les informations quant à la demande d’admission pour devenir membre de l’OTSTCFQ en cliquant sur les liens suivants :

Dans ce cadre, vous n’êtes pas considéré(e) comme faisant une demande d’admission par voie d’équivalence.

La deuxième possibilité consiste à faire une demande d’admission par voie d’équivalence.

Vous pouvez lire les informations quant à la demande d’admission par voie d’équivalence pour devenir membre de l’OTSTCFQ en cliquant sur les liens suivants :

Si vous avez réalisé votre formation universitaire en travail social ou en service social dans une autre province canadienne, vous pouvez déposer une demande d’admission par voie d’équivalence afin que votre dossier soit étudié selon le Règlement sur les normes d’équivalence, même si cette formation a été réalisée à distance.

Sinon, vous pouvez également déposer une demande d’admission dans votre province de formation si vous avez réalisé votre formation au Canada. Ainsi, vous pourriez bénéficier du Règlement sur les autorisations légales d’exercer la profession de travailleur social hors du Québec qui donnent ouverture au permis de travailleur social de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (C-26, r. 284) en demandant un permis sur permis.

Retrouvez plus d’informations :

Un baccalauréat obtenu par cumul de certificats, réalisé dans un domaine apparenté au travail social (incluant ou non un certificat en travail social), vous permet de déposer une demande d’admission par voie d’équivalence. Les cours en travail social ou apparentés pourraient être pris en compte dans l’évaluation de votre formation universitaire conformément au Règlement sur les normes d’équivalence.

Cependant, l’expérience professionnelle acquise pendant votre formation, c’est-à-dire pendant la réalisation de vos différents certificats, ne sera pas prise en compte. Seulement l’expérience professionnelle post-baccalauréat que nous jugerons pertinente à l’exercice du travail social pourrait être prise en compte pour la validation de votre expérience professionnelle. Veuillez-vous référer à la question : Prendrez-vous en compte mon expérience professionnelle lors de l’étude de mon dossier? pour obtenir tous les détails.

Résumé : Comme en France le titre d’assistante de service social est protégé, au Québec c’est le titre de travailleuse sociale (T.S) qui est protégé et seulement les personnes faisant partie de l’Ordre des Travailleurs Sociaux et Thérapeutes Conjugaux et Familiaux du Québec (OTSTCFQ) peuvent utiliser ce titre et pratiquer les activités réservées à cette profession. La formation d’assistante de service social de 3 ans, le DEASS et la profession d’assistante de service social en France sont équivalents aux attendus de l’OTSTCFQ pour exercer la profession de travailleuse sociale au Québec. C’est pourquoi ce diplôme bénéficie d’un arrangement de Reconnaissance Mutuelle (ARM). Voir la rubrique : DEASS France (Diplôme d’état assistant(e) de service social).

 

En tant que DEES, DECESF ou DEASS par VAE vous pouvez déposer une demande d’admission par voie d’équivalence. Toutefois, avec uniquement ces diplômes, peu de cours, répondent aux matières du Règlement sur les normes d’équivalence. Il est dans votre intérêt de vérifier si votre expérience professionnelle serait assez pertinente pour vous permettre de passer l’examen de validation de l’expérience professionnelle (VEP) et ainsi vous permettre de faire créditer des cours universitaires et/ou des heures de stage en travail social. Sans expérience professionnelle pertinente à l’exercice du travail social au sens québécois (ou service social au sens français), il faut vous attendre à devoir réaliser plusieurs cours universitaires et un stage au Québec pouvant s’étayer jusqu’à 800h en tant que candidate à l’admission.

 

Pour vous permettre de réfléchir à vos options, voici des informations complémentaires :

 

Pour votre parcours académique, nous estimons que le BTS et le DUT sont davantage de niveaux techniques. Ainsi, les cours suivis durant un BTS ESF ou un DUT carrières sociales ne nous permettent pas, de façon générale, de créditer des cours selon le Règlement sur les normes d’équivalence pour la délivrance d’un permis de travailleur social de l’Ordre professionnel des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec. Pour information, généralement, les candidat(e)s à l’admission ont aussi complété une licence ou un master ce qui peut leur permettre d’obtenir plus de crédits universitaires. De plus, les stages professionnels complétés dans le cadre d’un DEES ou d’un DECESF étant réalisés conformément à l’éducation spécialisée et le conseil en économie sociale et familiale (et non en service social), ne répondent généralement pas aux exigences du Règlement sur les normes d’équivalence pour le stage en travail social au Québec.

 

Pour votre parcours professionnel, l’expérience professionnelle acquise après l’obtention du diplôme (DECESF, DEES et/ou DEASS par VAE) pourrait faire partie de l’analyse de la demande d’admission par voie d’équivalence si elle est considérée significative et pertinente à l’exercice du travail social. Cela signifie que toutes expériences acquises post-DEES, post-DECESF ou post-DEASS par VAE pourraient être considérées dans votre dossier comme une expérience qui a été obtenue « post-baccalauréat », si elle est considérée significative et pertinente à l’exercice du travail social.

 

À ce sujet, veuillez lire les réponses aux questions de cette rubrique, notamment :

  • Quel est le processus de la demande d’admission par voie d’équivalence et quelles en sont les étapes?
  • Prendrez-vous en compte mon expérience professionnelle lors de l’étude de mon dossier?
  • En quoi consiste l’examen de validation de mon expérience professionnelle (VEP)?
  • Pouvez-vous me conseiller quant aux cours universitaires à réaliser AVANT de déposer ma demande d’admission?

 

À partir de vos lectures sur notre site internet, il est possible de découvrir que votre expérience professionnelle en France ne correspond pas à la profession de travailleuse sociale au Québec et/ou que vous aurez des cours universitaires et un stage en travail social à réaliser sur le territoire québécois, etc. Il est aussi possible de réaliser que la profession de travailleuse sociale ne correspond pas à votre projet professionnel dans le cadre de votre projet d’immigration au Québec.

 

C’est pourquoi il est important de préciser qu’avec vos diplômes DEES, BTS ESF, DECESF ou DEASS par VAE et/ou selon votre évaluation comparative du MIFI vous pourriez exercer sur des postes de Travailleurs/travailleuses des services sociaux et communautaires (CNP 42201) (incluant les appellations d’emploi : Technicien/technicienne en travail social (t.t.s), Technicien/technicienne en éducation spécialisée (t.e.s.), Intervenant/intervenante en services d’aide sociale à l’enfance, Travailleur/travailleuse des services à la jeunesse, etc.). Ce ne sont pas des titres professionnels protégés, cependant, votre appartenance à un ordre professionnel pourrait être exigée par l’employeur.

 

Retrouvez plus d’informations :

Étant donné que le processus de demande d’admission par voie d’équivalence est un processus à part entière et propre à chaque candidat(e) à l’admission, nous devons faire une évaluation approfondie de votre dossier. Il est impossible, sur la base de votre CV ou de votre relevé de notes, par exemple, de formuler des recommandations quant à votre dossier. Nous vous conseillons de visionner la vidéo sur le processus d’équivalence afin de comprendre comment nous allons étudier votre dossier (spécifique à la profession de T.S. mais similaire pour les T.C.F.).

Nous ne pouvons pas vous conseiller de cours universitaires à réaliser avant de déposer votre dossier. En effet, chaque demande est analysée par le Comité des admissions par équivalence (CAE) et la décision est rendue en fonction de l’ensemble du cheminement académique et professionnel du candidat ou de la candidate. C’est l’étude approfondie du dossier qui permet ensuite au Comité sur le contrôle de l’exercice des professions (CCEP) de formuler ses recommandations. Plus d’informations à la question : Serai-je guidé(e) dans le choix de mes cours universitaires une fois ma recommandation reçue? »

Nous vous conseillons de lire le Règlement sur les normes d’équivalence pour vous assurer de répondre aux exigences dudit règlement et de prendre connaissance des questions-réponses de cette rubrique : Demande d’admission par voie d’équivalence.

À ce jour, aucune demande n’a été refusée, toutefois dans la plupart des cas, le Comité sur le contrôle de l’exercice des professions (CCEP) de l’OTSTCFQ recommande une reconnaissance partielle, c’est-à-dire que, potentiellement, vous serez amené(e) à réaliser, soit des cours universitaires de 3 à 45 crédits, soit un stage jusqu’à 800 heures, soit UNE À PLUSIEURS formations offertes par l’Ordre OU une combinaison des trois recommandations durant un délai de 5 ans. Nous rappelons que si vous n’avez pas de formation en travail social ou en thérapie conjugale et familiale, il est toujours préférable de compléter la formation universitaire en T.S. ou T.C.F. 

Retrouvez plus d’informations :

Pour les candidat(e)s à la profession de T.S.

Si vous possédez plus de deux ans d’expérience professionnelle à temps complet (ou environ 3 360 heures), que nous jugeons pertinente à l’exercice du travail social et que cette expérience a été obtenue post-baccalauréat, nous pourrions prendre celle-ci en compte dans le cadre de votre demande d’admission.

Dans ce cas, vous pourriez être convoqué(e) en entrevue pour un examen de validation de votre expérience professionnelle. Les attestations d’emploi et de supervision ne peuvent pas, à elles seules, permettre une reconnaissance de votre expérience.

Pour les candidat(e)s à la profession de T.C.F.

Si vous possédez au moins 1 000 heures de contact direct auprès des couples et/ou des familles pendant au moins cinq années de pratique privée et/ou au moins 2 500 heures d’intervention auprès des couples et/ou des familles pendant au moins cinq années de pratique en établissement, que nous jugerons pertinentes à l’exercice de la thérapie conjugale et familiale et que cette expérience a été obtenue post-maîtrise vous ayant permis de réaliser des évaluations systémiques et relationnelles auprès des individus, des couples et des familles selon un ou plusieurs modèles, ET de réaliser des traitements cliniques auprès des individus, des couples et des familles selon un ou plusieurs modèles, idéalement supervisés, nous pourrions prendre en compte votre expérience professionnelle dans le cadre de votre demande d’admission. Cependant, si dans le cadre de vos fonctions, les attestations d’emploi ne démontrent pas que vous avez réalisé des évaluations systémiques et relationnelles auprès des individus, des couples et des familles selon un ou plusieurs modèles ET des traitements cliniques auprès des individus, des couples et des familles selon un ou plusieurs modèles spécifiques à la thérapie conjugale et familiale, MAIS que vous avez été supervisé(e) depuis plus de deux ans par un(e) T.C.F., membre de l’OTSTCFQ, ces expériences pourraient être jugées pertinentes à l’exercice de la thérapie conjugale et familiale.

Dans ce cas, vous pourriez être convoqué(e) en entrevue pour un examen de validation de votre expérience professionnelle. Les attestations d’emploi et de supervision ne peuvent pas, à elles seules, permettre une reconnaissance de votre expérience.

Attention, le nombre d’heures travaillées ne correspond pas nécessairement au nombre d’heures de stage reconnues dans le cadre de la demande d’admission. La reconnaissance des crédits universitaires ou du nombre d’heures de stage et de supervision dépendra des résultats de votre dossier incluant l’entrevue de validation de votre expérience professionnelle, le cas échéant.

Travail social

Pour les candidat(e)s à la profession de T.S., si votre expérience de travail est pertinente à l’exercice du travail social et significative quant à sa durée, la Direction des admissions et du perfectionnement pourrait vous convoquer en entrevue pour procéder à un examen de la validation de votre expérience professionnelle (se référer à la question précédente : Prendrez-vous en compte mon expérience professionnelle lors de l’étude de mon dossier?).

L’entrevue est réalisée par deux membres de jury pouvant être composé de chargées d’affaires professionnelles et/ou de la directrice des admissions et du perfectionnement de l’Ordre. Dans tous les cas, il y a toujours un minimum de deux professionnel(le)s responsables de l’étude de votre dossier.

Pendant l’entrevue, vous pouvez être appelé(e) à faire la démonstration de l’intégration des fondements du travail social, des méthodes d’intervention en travail social et des politiques sociales à la pratique. Mais aussi, à valider votre expérience professionnelle dans différents champs de pratique ou sur les méthodes d’analyse des pratiques et les méthodes de recherche, le cas échéant. L’entrevue peut comporter des questions théoriques ainsi que la soutenance du processus complet d’intervention en travail social. Entre autres, vous devrez soumettre, avant l’entrevue, une évaluation du fonctionnement social, un plan d’intervention relié à votre évaluation ainsi que la note chronologique de la première intervention auprès d’un client (qui réfère à un individu, couple ou famille, groupe ou collectivité, selon le cas).

Finalement, vous pouvez vous référer aux documents suivants pour la préparation à l’entrevue :

 

Thérapie conjugale et familiale

Pour les candidat(e)s à la profession de T.C.F., si votre expérience de travail est pertinente à l’exercice de la thérapie conjugale et familiale et significative quant à sa durée, la Direction des admissions et du perfectionnement pourrait vous convoquer en entrevue pour procéder à un examen de la validation de votre expérience professionnelle (se référer à la question précédente : Prendrez-vous en compte mon expérience professionnelle lors de l’étude de mon dossier?).

L’entrevue est réalisée par deux membres de jury pouvant être composé de chargées d’affaires professionnelles et/ou du coordinateur à la thérapie conjugale et familiale de l’Ordre. Dans tous les cas, il y a toujours un minimum de deux professionnel(le)s responsables de l’étude de votre dossier.

L’entrevue de validation de votre expérience professionnelle comporte deux parties, soit une portant sur vos expériences professionnelles et formations et l’autre sur une mise en situation portant sur une étude de cas en thérapie conjugale et familiale.

Durant la première partie, vous devrez répondre à des questions portant sur la nature de vos interventions, les types de clientèles desservies, les problématiques abordées en intervention, les méthodes d’intervention utilisées ainsi que votre compréhension de la thérapie conjugale et familiale. Vous pouvez être appelé(e) à faire la démonstration de l’intégration des fondements théoriques et modèles de traitement relationnel et systémique ainsi que la santé biopsychosociale et le développement en cours de vie selon une perspective conjugale et familiale (dont la psychopathologie et le développement humain) à votre pratique. Mais aussi à valider le processus d’intervention en thérapie conjugale et familiale et les processus et méthodes de recherche.

La deuxième partie porte sur une étude de cas. Celle-ci permettra d’aborder l’évaluation systémique et relationnelle des problématiques individuelles, conjugales et familiales, incluant l’évaluation et le traitement des problématiques de santé mentale et le traitement clinique des individus, des couples et des familles. L’étude de cas pourra porter sur une thérapie conjugale, une thérapie familiale ou une thérapie individuelle en pratique autonome ou en emploi salarié dans le réseau de la santé et des services sociaux.

Finalement, veuillez-vous référer aux documents suivants pour la préparation à l’entrevue :

Seulement les expériences professionnelles d’une durée de deux ans (minimum) effectuées post-baccalauréat et jugées pertinentes à l’exercice du travail social seront prises en compte pour l’étude de votre dossier. Veuillez-vous référer à la question : Prendrez-vous en compte mon expérience professionnelle lors de l’étude de mon dossier? pour obtenir toutes les informations à ce sujet.

Toutefois, pour les candidat(e)s formé(e)s en travail social dans une autre province canadienne, l’expérience professionnelle cumulée pendant l’obtention du baccalauréat en T.S. pourrait être considérée.

L’expérience professionnelle acquise à titre de technicien(ne) (travail social, éducation spécialisée ou autre poste de niveau technique) au Canada ne sera pas prise en compte, étant donné le niveau de compétence requis, de la nature des interventions, ainsi que de la conformité avec l’exercice du travail social au Québec conformément au Règlement sur les normes d’équivalence pour la délivrance d’un permis de l’Ordre professionnel des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec.

L’expérience professionnelle acquise à titre d’agent(e) de relations humaines, d’intervenant(e) (psycho)social(e) ou intervenant(e) conjugal(e) et familial(e) pourrait être prise en compte, selon les modalités rapportées à la question : Prendrez-vous en compte mon expérience professionnelle lors de l’étude de mon dossier?. Merci de vous référer à cette question pour de plus amples détails.

Selon votre cheminement académique et professionnel, il est possible que vous obteniez une reconnaissance complète d’équivalence. Toutefois, les personnes diplômées dans une formation apparentée au travail social ou à la thérapie conjugale et familiale obtiennent davantage une reconnaissance partielle d’équivalence. C’est par la réalisation et la réussite d’un ou plusieurs cours universitaires et/ou d’un stage et/ou une formation de l’Ordre que l’équivalence est obtenue.

Si vous avez des cours universitaires à réaliser suite aux recommandations du CCEP, il est primordial de les faire valider par la Direction des admissions et du perfectionnement. Dans ce cas, nous pourrons vous guider dans le choix de vos cours, selon les possibilités offertes par les universités. Nous ne pouvons pas garantir un accès aux cours universitaires puisque chaque université détermine ses critères d’admission et certains cours sont contingentés ou réservés aux étudiants inscrits dans le programme d’études. Vous obtiendrez les coordonnées d’une chargée d’affaires professionnelles dans le courriel que vous recevrez qui pourra vous orienter dans vos choix de cours.

De plus, notez que si vous devez réaliser 45 crédits universitaires et plus pour remplir les exigences à l’admission, il serait préférable d’envisager de déposer une demande d’admission à un programme de baccalauréat ou de maitrise en travail social puisqu’il sera difficile, voire impossible, d’accéder à 45 crédits en travail social à la pièce.

Selon les exigences du Règlement sur les normes d’équivalence pour la délivrance d’un permis de l’Ordre professionnel des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (C-26, a. 93, par. c et c.1), un stage est imposé au candidat(e) à l’admission par voie d’équivalence lorsque :

  • il (elle) ne cumule pas suffisamment d’heures de formation pratique dans le cadre de sa formation universitaire
  • il (elle) ne possède pas un niveau de compétences équivalent à celui acquis par le (la) titulaire d’un diplôme reconnu comme donnant ouverture au permis de T.S ou T.C.F.
  • le diplôme, qui fait l’objet d’une demande d’équivalence, a été obtenu plus de 5 ans avant la date de cette demande et les compétences acquises par le candidat ne correspondent plus au développement de la profession et aux compétences enseignées au moment de la demande.

 Vous pourriez vous voir imposer l’un de ces deux types de stages :

Stage de formation

En tant que CFETS ou CFETCF ou formé(e) dans une autre province canadienne, ou candidat(e) formé(e) dans une formation apparentée, vous pourriez vous voir imposer un stage de formation. Le but de ce stage est d’assurer l’acquisition des connaissances et compétences reliées à l’exercice du travail social ou de la thérapie conjugale et familiale au Québec. La durée de ce stage peut varier selon l’évaluation d’équivalence de votre dossier et peut s’étayer jusqu’à un maximum de 800 heures. Dans ce cadre, vous n’avez pas de permis d’exercice, vous ne pouvez pas porter le titre de T.S. ou T.C.F. et vous serez obligatoirement supervisé(e).

Stage de mise à niveau des compétences (CFETS + 5 ans / CFETCF + 5 ans)

Le stage de mise à niveau des compétences, quant à lui, peut être imposé aux CFETS ou CFETCF ou formé(e)s dans une autre province canadienne, qui ont soumis leur demande d’admission par voie d’équivalence plus de cinq ans après avoir obtenu leur diplôme en travail social ou en thérapie conjugale et familiale. Ces derniers(-ères) n’ont pas démontré avoir acquis, depuis l’obtention de leur diplôme, le niveau de compétence requis.

Dans ce cadre, vous avez obtenu une équivalence de votre diplôme, mais vos compétences ne correspondent plus à celles enseignées actuellement au Québec compte tenu du développement de la profession. Le but de ce stage est d’assurer la mise à niveau de vos compétences en travail social ou en thérapie conjugale et familiale afin de garantir la protection du public. La durée de stage peut varier selon l’analyse de votre dossier et peut s’étayer jusqu’à un maximum de 800 heures. Vous obtenez ainsi un permis d’exercice restrictif temporaire de T.S. ou T.C.F., c’est-à-dire que vous pouvez réaliser cette formation pratique en portant le titre de T.S. ou T.C.F. (si vous avez fait votre inscription au tableau de l’Ordre) en exerçant dans le cadre d’un emploi de T.S. ou T.C.F. tout en étant supervisé(e) par un(e) professionnel(le) membre de l’Ordre.

Il est possible que vous puissiez réaliser votre stage dans le cadre de votre emploi s’il vous permet de réaliser un processus complet d’intervention en travail social ou en thérapie conjugale et familiale. Toutefois, selon les recommandations du CCEP de l’OTSTCFQ, vous pourriez constater que votre lieu de travail ne vous permet pas de répondre aux recommandations de l’Ordre. Vous devrez alors trouver un lieu de stage (ou un autre emploi) vous permettant de répondre aux recommandations de l’Ordre pour l’obtention de votre équivalence. Vous devrez être supervisé(e) par un(e) professionnel(le) T.S ou T.C.F., selon votre cas. Attention, vous devez toujours obtenir l’approbation de l’OTSTCFQ avant de débuter votre stage.

Dans le cadre d’un stage de formation (vous n’aurez pas de permis d’exercice)

Vous pourrez le réaliser dans votre milieu de travail pourvu que ce milieu vous permette de réaliser un processus complet d’intervention en travail social ou en thérapie conjugale et familiale. Vous pourrez réaliser votre stage dans un milieu institutionnel (ex. : CISSS, CIUSSS, hôpital, etc.) ou dans le milieu communautaire. À cet effet, veuillez-vous renseigner directement sur le site internet du milieu qui vous intéresse pour faire une demande de stage.

De plus, la supervision peut être offerte par le milieu de travail aussi longtemps qu’il n’y a pas de conflit d’intérêt (se référer au contrat de stage pour les détails). Finalement, vous pourriez bénéficier d’une assurance de la responsabilité professionnelle offerte par l’Ordre dans le cadre du stage, au besoin.

Le (la) superviseur(e) s’engage à assurer votre supervision selon le nombre d’heures demandé par le CCEP et à faire parvenir le résultat de son évaluation à la mi-stage (évaluation formative) puis à la fin du stage (évaluation sommative).

En tant que candidat(e) à la profession de T.S. vous ne pouvez pas réaliser votre stage de formation en pratique autonome.

Dans le cadre d’un stage de mise à niveau des compétences (vous aurez un permis restrictif temporaire d’exercice)

En tant que professionnel(le) inscrit(e) au tableau de l’Ordre, vous pourrez postuler aux postes de T.S. ou T.C.F. et exercer votre profession. Étant donné que vous devrez être supervisé(e), soit vous pourriez convenir avec votre employeur d’une supervision à l’interne, soit vous devrez trouver, par vous-même, une supervision externe auprès d’un(e) professionnelle T.S./T.C.F.

Le (la) superviseur(e) s’engage à assurer votre supervision selon le nombre d’heures demandé par le CCEP et à faire parvenir le résultat de son évaluation à la mi-stage (évaluation formative) puis à la fin du stage (évaluation sommative). Lorsque toutes les exigences auront été respectées votre dossier sera soumis au CCEP pour valider la reconnaissance de votre équivalence. À ce moment-là, vous obtiendrez votre permis d’exercice permanent et vous pourriez poursuivre un emploi sans aucune restriction.

Dans le cadre de la complétion d’un stage de mise à niveau des compétences avec un permis restrictif temporaire 

  • Vous pouvez être embauché(e) à titre de T.S. et exercer la profession, incluant les activités réservées, sous la supervision d’un(e) T.S. ou vous pouvez être embauché(e) à titre de T.C.F. et exercer la profession, incluant les activités réservées, sous la supervision d’un(e) T.C.F.;
  • Vous pouvez débuter votre recherche de stage et expliquer à l’employeur le besoin de supervision pour le nombre d’heures de stage demandé par l’Ordre au moment de l’embauche;
  • L’employeur peut communiquer avec la Direction des admissions et du perfectionnement pour clarifier toute question relative au permis d’exercice et/ou au stage de mise à niveau des compétences;
  • Vous pouvez réaliser votre formation pratique dans votre milieu de travail pourvu que le milieu vous permette de réaliser un processus complet d’intervention en travail social ou en thérapie conjugale et familiale;
  • La formation pratique peut être réalisée en contexte institutionnel (ex. CISSS, CIUSSS) et dans le milieu communautaire.

Les ordres professionnels peuvent délivrer un permis temporaire aux personnes formées à l’extérieur du Québec qui sont déclarées aptes à exercer leur profession, mais qui ne remplissent pas les exigences de l’article 35 de la Charte de la langue française quant à la connaissance de la langue officielle.

Ce permis temporaire est valable pour une période d’au plus un an.

Advenant que vous n’ayez pas obtenu l’attestation de réussite de l’Office québécois de la langue française (confirmant la réussite de l’examen de français) et que vous désiriez continuer à pratiquer votre profession au Québec, vous devez demander le renouvellement de votre permis temporaire à l’Ordre.

Il est possible de renouveler votre permis temporaire jusqu’à trois fois avec l’autorisation de l’Office québécois de la langue française si l’intérêt public le justifie.

Retrouvez plus d’informations :

Si votre objectif est d’exercer dans la province de Québec, vous aurez besoin d’une autorisation des autorités compétentes pour avoir le droit de travailler sur le territoire. Il faut faire la distinction entre le permis d’immigration et le permis d’exercice. Veuillez-vous référer à la rubrique : Professionnel(le)s issu(e)s de l’immigration.

Comme mentionné dans la rubrique Professionnel(le)s issu(e)s de l’immigration, notre ordre régit seulement les professions de T.S. et de T.C.F. au Québec; vous ne pourrez pas exercer dans d’autres provinces à titre de T.S. ou de T.C.F. Veuillez-vous référer à la rubrique : Professionnel(le)s issu(e)s de l’immigration.

 

 

Urgence sanitaire : autorisation spéciale pour étudiants

C’est une autorisation donnée par l’Ordre dans un contexte exceptionnel, comme celui de la pandémie, en vertu d’un arrêté ministériel afin de permettre à une personne d’exercer certaines activités professionnelles réservées aux membres de l’Ordre.

Cette autorisation spéciale LIMITE l’exercice des activités réservées suivantes :

  • procéder à l’évaluation psychosociale d’une personne dans le cadre des régimes de protection du majeur ou du mandat de protection;
  • évaluer une personne en matière de garde d’enfants et de droits d’accès;
  • évaluer une personne qui veut adopter un enfant;
  • évaluer une personne dans le cadre d’une décision du Directeur de la protection de la jeunesse ou du tribunal en application de la Loi sur la protection de la jeunesse;
  • évaluer un adolescent dans le cadre d’une décision du tribunal en application de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

Ces activités pourront être réalisées seulement sous la supervision d’une travailleuse sociale ou d’un travailleur social.

Si vous êtes étudiant(e) au baccalauréat ou à la maîtrise en travail social d’une université québécoise et qu’il vous reste au plus l’équivalent d’une session à temps plein pour compléter ce programme, vous pouvez obtenir une autorisation spéciale d’état d’urgence sanitaire pour travailler dans le réseau de la santé et des services sociaux.

  1. Remplir le formulaire de demande d’autorisation spéciale suivant : Formulaire – Autorisation-speciale-etudiant-16-04-2020
  2. Transmettre votre formulaire dûment complété et signé, un relevé de notes officiel démontrant qu’il vous reste une session ou moins à compléter ou une lettre de votre école, ainsi que votre preuve d’embauche, à l’adresse courriel suivante : [email protected]
  3. Après validation par l’Ordre, vous recevrez une autorisation spéciale qui sera également acheminée au ministère de la Santé et des Services sociaux.

Les étudiants doivent vérifier auprès de leurs écoles et modules de travail social pour connaître la procédure à suivre pour obtenir la preuve qu’il leur reste au plus l’équivalent d’une session à temps plein pour compléter leur programme d’études. Certaines universités ont fourni la liste des étudiants à l’Ordre, d’autres transmettront la preuve au cas par cas.

L’autorisation est valide jusqu’à ce que l’état d’urgence sanitaire décrété par le gouvernement du Québec soit levé ou jusqu’à ce que vous ayez obtenu votre diplôme donnant accès au permis de l’Ordre.

La personne à qui une autorisation spéciale est accordée n’est pas membre de l’Ordre professionnel, mais elle est tenue aux mêmes obligations déontologiques et aux autres règles encadrant l’exercice de la profession.

Vous pouvez obtenir une autorisation spéciale gratuitement. Étant donné qu’il s’agit d’une autorisation spéciale accordée en vertu d’un arrêté ministériel et pour la période de l’urgence sanitaire, la personne n’est pas et ne redevient pas membre de l’Ordre et à ce titre, n’a pas de cotisation à débourser.

En vertu de cet arrêté ministériel, le réseau de la santé et des services sociaux prend fait et cause pour les personnes détenant une autorisation spéciale. Ces dernières sont donc dispensées d’être assurées et n’ont donc pas à payer de prime d’assurance-responsabilité.

Si vous avez des questions supplémentaires sur l’autorisation spéciale pour étudiants, vous pouvez communiquer avec nous par courriel à l’adresse suivante : [email protected].

Partager