Une journée, deux activités importantes

Assemblée générale annuelle 2019
et formation intitulée
«Défense de droits : de la perspective à l’actualisation dans la pratique»

Conformément aux articles 102 à 105 du Code des professions, l’Ordre doit tenir une assemblée générale annuelle de ses membres dans les huit mois qui suivent la fin de l’année financière des ordres professionnels qui est établie au 31 mars.

L’assemblée générale annuelle 2019 se tiendra le samedi 28 septembre en Montérégie

Lors de l’assemblée générale annuelle la présidente et la directrice générale et secrétaire de l’Ordre présentent les activités et les réalisations du dernier exercice. L’auditeur présente les états financiers audités puis les membres sont consultés sur le montant de la cotisation pour le prochain exercice et votent la rémunération des administrateurs élus et de la présidente. L’assemblée générale annuelle est un moment privilégier pour les membres d’exposer leurs préoccupations, de poser des questions, d’échanger avec des consœurs et des confrères, et d’émettre des opinions qui, dans un but constructif, viendront enrichir la conduite des affaires de l’Ordre.

Tous les membres qui assistent en présentiel à l’assemblée générale annuelle ont droit de vote sur les résolutions qui y sont soumises. L’assemblée générale annuelle sera webdiffusée en direct, mais seuls les membres présents auront droit de vote et droit de parole.

Conformément à l’article 103.1 du Code des professions, au moins 30 jours avant l’assemblée générale annuelle, le secrétaire de l’Ordre doit communiquer à tous les membres de l’Ordre, pour commentaires, l’information au sujet du montant de la cotisation annuelle. L’information est accompagnée du projet de résolution modifiant ou non ce montant, des prévisions budgétaires pour l’année financière visée par la cotisation, incluant une ventilation de la rémunération des administrateurs élus, et d’un projet de rapport annuel.

Ainsi, 30 jours avant la tenue de l’assemblée générale annuelle, le secrétaire de l’Ordre déposera sur le site Web de l’Ordre les documents suivants :

  • Avis de convocation et projet d’ordre du jour de l’assemblée générale annuelle
  • Politique régissant les assemblées générales de l’OTSTCFQ
  • Procès-verbal de la dernière assemblée générale annuelle
  • Projet de rapport annuel incluant les états financiers audités
  • Prévisions budgétaires
  • Information au sujet du montant de la cotisation annuelle
  • Politique de rémunération des administrateurs élus et de la présidence

Au plaisir de vous y accueillir!

Présentation

Cette année, à l’assemblée générale annuelle de l’OTSTCFQ se greffera une formation d’une durée de 3 h 30. Cette activité vise à alimenter la réflexion sur la place qu’occupe la défense de droits dans les différents champs de pratique du travail social et de la thérapie conjugale et familiale. Dans un premier temps, trois conférences de type « ted talk » seront tenues par des travailleurs sociaux passionnés et engagés. Ces derniers transmettront leur façon de porter et d’actualiser dans leurs milieux respectifs la défense de droits avec et pour les personnes.

Dans un deuxième temps, appuyés par les plus récentes données historiques et scientifiques, des travailleurs sociaux et des chercheurs chevronnés démontreront comment cette perspective est indissociable des interventions auprès des personnes en situation de vulnérabilité. La participation à ces activités donne droit à 4HFC à condition de participer à toutes les conférences, en avant-midi ainsi qu’en après-midi.

Consulter l’horaire détaillé 


Informations utiles

Où et quand a lieu l’événement?

Le 28 septembre 2019
Salle Lassonde (Cégep Édouard-Montpetit)
Pavillon Le Caron
180, de Gentilly Est
Longueuil (Québec)  J4H 3M6

 

Qui peut assister à l’assemblée générale annuelle?

Tous les membres de l’Ordre.

 

Qui peut participer à la formation?

Tous les membres de l’Ordre, qu’ils soient travailleurs sociaux ou thérapeutes conjugaux et familiaux, à condition de s’inscrire au préalable.

 

Quels sont les tarifs pour la formation?

45 $ (taxes en sus)
Le dîner (d’une valeur approximative de 15$) et les pauses sont offerts gratuitement aux participants des formations.
Stationnement payant disponible.

 

Comment s’inscrire?

Toutes les inscriptions se font par le Catalogue de formation continue. Une fois sur la page du catalogue, sélectionnez le 28 septembre dans le calendrier interactif, puis choisissez l’activité intitulée «Défense de droits : de la perspective à l’actualisation dans la pratique».
La Politique d’annulation d’une activité de formation continue de l’Ordre s’applique.

Visiter le catalogue

 

Formation continue

La participation à toutes les conférences permet d’accumuler 4 heures de formation continue (HFC). Une attestation de participation vous sera acheminée par courriel peu après l’événement.

Dès 7 h 45  Accueil
La salle Lassonde du cégep Édouard-Montpetit accueille les participants à la formation.
8 h 30 à 10 h 00 La défense de droits au cœur des pratiques professionnelles : incursion dans le quotidien de travailleuses sociales et de travailleurs sociaux
Ces trois conférences en matinée illustreront comment s’inscrit la défense de droits dans la pratique au quotidien et pourquoi cette perspective est indissociable des autres actions de l’intervention sociale.

Formatrices

Maryse PoissonMaryse Poisson, T.S.
Maryse Poisson est travailleuse sociale au programme régional d’accueil et d’intégration des demandeurs d’asile, au site d’hébergement temporaire YMCA. La défense de droits individuels et collectifs a toujours été au cœur de ses actions et à ce titre, elle est impliquée dans divers comités. Dans sa pratique, elle accompagne les demandeurs d’asile pour que leur droit à un logement digne, à des services et prestations adéquates soit respecté. Elle parlera des défis liés à la défense de droits dans un contexte de ressources restreintes.

 

Emmanuelle KhouryEmmanuelle Khoury, T.S.
Travailleuse sociale et professeure associée à l’Université de Sherbrooke, Mme Khoury a œuvré en psychiatrie et en santé mentale où elle a expérimenté des approches d’interventions basées sur les théories et pratiques anti-oppressives axées sur le respect et la prise en compte de la singularité de l’expérience de la personne. Elle exposera en quoi ces expériences, souvent paradoxales et teintées des défis et de tensions, sont au centre de sa carrière en recherche et enseignement en travail social.

 

Christiane Di Lalla-BesnerChristiane Di Lalla-Besner, T.S.
Travailleuse sociale œuvrant dans le cadre de la direction de la protection de la jeunesse et d’un Centre de la pédiatrie sociale, Mme Di Lalla-Besner a développé une expertise de l’intervention en attachement. Le système offre un cadre pour assurer la protection de l’enfant. Le travailleur social s’en servira comme tremplin pour répondre aux besoins spécifiques de l’enfant. Intervenante engagée, elle défend l’intérêt de l’enfant auprès de différentes instances.


10 h 00 à 10 h 30 Pause / Inscription des participants à l’assemblée générale
10 h 30 à 12 h 30 Assemblée générale annuelle et remise de prix
L’assemblée générale annuelle commence. L’Ordre annonce les récipiendaires de la bourse d’aide à la publication, des titres de membre éméritemembre honoraire et remet les prix Relève ainsi qu’Innovation et Entrepreneuriat social.

Note : L’assemblée générale est ouverte à tous les membres et accessible par webdiffusion.

12 h 45 à 13 h 45 Dîner (inclus pour les participants à la formation, valeur d’environ 15$)
14 h 00 à 15 h 00 Soins de fin de vie, incluant l’aide médicale à mourir
Cette conférence permettra de découvrir l’univers des soins de fin de vie, où la personne malade occupe la place centrale quant à l’information à recevoir, aux soins à choisir et aux décisions à prendre. Il sera aussi question du rôle essentiel du travailleur social, notamment celui de faire valoir ou de défendre le respect des droits, des libertés et aussi des responsabilités du finissant de la vie. Les nouvelles pratiques interdisciplinaires qui se développent et se construisent autour de la mort choisie seront explorées. Des questions seront discutées quant à l’évolution des soins de fin de vie (incluant l’aide médicale à mourir) qui repose sur le socle de la compassion, de l’humanité et de la dignité.

Formateurs

Yvon BureauYvon Bureau, T.S.
Travailleur social, M. Bureau est engagé depuis 35 ans dans la promotion des droits, des libertés et des responsabilités de la personne en fin de vie. Auteur prolifique d’articles dans les médias et blogueur, il est une référence incontournable dans l’univers des soins de fin de vie. À ce titre, il joue un rôle-clé au sein de plusieurs instances : Collectif Mourir digne et libre, Commission sur la question de mourir dans la dignité, projet et adoption de la Loi concernant les soins de fin de vie.

 

Michelle GirardMichelle Girard, T.S.
Mme Girard est travailleuse sociale et elle pratique en soins palliatifs à l’Hôtel-Dieu de Québec. Tout au long de son parcours professionnel, elle s’est préoccupée des impacts de la maladie sur les personnes et leurs proches, et a été soucieuse de mettre en lumière les forces et les ressources de ceux-ci. Madame Girard décrira sa pratique auprès de personnes malades qui ont fait le choix de recourir à l’aide médicale à mourir et de leur proches, depuis l’entrée en vigueur de la Loi concernant les soins de fin de vie en décembre 2015.

 


15 h 00 à 16 h 00 La lutte contre la maltraitance envers les personnes aînées : Une perspective de défense de droits
Cette conférence s’inscrit dans la foulée du Plan d’action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées, 2017. La perspective de défense des droits pour comprendre et agir face aux situations de maltraitance envers les personnes aînées y est mise de l’avant. Un regard est porté sur le rôle central des personnes aînées dans la résolution des situations de maltraitance et sur l’importance de développer leur pouvoir d’agir en ce sens. L’imputabilité des organisations, des professionnels et de l’ensemble de la société y est démontrée. Les connaissances nécessaires aux travailleurs sociaux pour intervenir dans cette perspective sont décrites et les réflexions et les actions en ce qui concerne la perspective de la violation des droits sur le plan international sont présentées.

Formatrices

Marie BeaulieuMarie Beaulieu
Mme Beaulieu est professeure titulaire à l’École de Service social de l’Université de Sherbrooke et chercheure au Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Depuis plus de 30 ans, ses principaux intérêts de recherche sont tournés vers la lutte contre la maltraitance envers les personnes aînées. Elle est titulaire, depuis 2010, de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées. Elle est aussi une référence au plan national et international, elle participe à des travaux d’envergure dans son champ d’intérêt.

 

Roxane LebœufRoxane LeBeoeuf
Étudiante au doctorat en gérontologie de l’Université de Sherbrooke, la thèse de Roxane Lebœuf porte sur la maltraitance entre personnes aînées vivant en résidence privée. Elle collabore à de nombreux comités de travail scientifique portant sur le développement des connaissances théoriques et pratiques en matière de lutte contre la maltraitance envers les personnes aînées au Québec.

Anabelle Rondeau-Leclaire, étudiante à la maîtrise en service social à l’Université de Sherbrooke, a contribué à la préparation de la conférence.

Partager