Encadrement de la psychothérapie

La psychothérapie est définie et réservée par la loi, mais pour clarifier les contours de cette activité et favoriser la collaboration entre les professionnels, l’ensemble des ordres concernés publie, le 8 mai 2018, un document maître.

Il s’adresse aux gestionnaires, aux employeurs, aux responsables de l’organisation des services, aux ordres professionnels et à leurs membres.

Nous vous invitons à regarder la vidéo ci-dessous, dans laquelle la présidente de l’Ordre, Mme Guylaine Ouimette, T.S., vous présente le document. La version texte est également disponible à la suite de cette vidéo.

 

 

Il est important de savoir que pendant toute la durée de ces travaux, les représentants de l’OTSTCFQ ont fait preuve d’une grande vigilance pour faire reconnaître la richesse et la contribution de l’intervention sociale, laquelle est au cœur de la pratique des travailleurs sociaux. De plus, au fil des ans, nous avons produit et publié plusieurs documents et textes sur le sujet, notamment L’intervention sociale individuelle et la psychothérapie en santé mentale : des éclaircissements s’imposent et l’Énoncé de position intitulé L’intervention sociale individuelle en santé mentale dans une perspective professionnelleCe dernier présente la position de l’Ordre au sujet de l’intervention sociale individuelle en santé mentale « en réponse aux questions soulevées en milieux de pratique au sujet de la nature et de la contribution de l’intervention clinique des travailleurs sociaux en santé mentale dans le contexte actuel ».

L’exercice de la psychothérapie et des interventions qui s’y apparentent

La pratique de la psychothérapie est une activité réservée depuis 2012, ce qui veut dire que l’exercer sans y être habilité contrevient à la loi. Il est par conséquent important de savoir où tracer la ligne.

Dans une perspective de protection du public, neuf ordres professionnels du domaine de la santé mentale et des relations humaines dont l’OTSTCFQ ont ainsi travaillé ensemble pour produire le document L’exercice de la psychothérapie et des interventions qui s’y apparentent.

Afin d’en faciliter l’appropriation, des outils de transfert de connaissances ont été créés et sont destinés aux :

  • professionnels membres d’ordres du domaine de la santé mentale et des relations humaines;
  • professionnels habilités à exercer la psychothérapie;
  • intervenants qui œuvrent en santé mentale et relations humaines;
  • coordonnateurs et gestionnaires qui supervisent des équipes du domaine de la santé mentale et des relations humaines.

Ces outils consistent en :

Les outils de transfert de connaissances, et le document « L’exercice de la psychothérapie et des interventions qui s’y apparentent », se retrouvent sur le site collaborationinterprofessionnelle.ca.

Nous vous invitons à relayer cette adresse à l’ensemble de vos équipes du domaine de la santé mentale et des relations humaines, afin que professionnels, intervenants et gestionnaires puissent mieux saisir la frontière entre la psychothérapie et les interventions qui s’y apparentent, et aient une pratique conforme à la loi et contributive pour le patient.

L’importance de s’interroger sur sa pratique

Nous vous rappelons l’importance de toujours vous interroger sur la nature, les frontières et l’impact de votre pratique professionnelle. Si vous croyez qu’une intervention que vous comptez mener pourrait s’inscrire dans le champ de la psychothérapie, le document maître pourrait vous être utile.

Il faut également comprendre que rien n’est immuable et que tout est perfectible. Ainsi, au fil des ans, des précisions supplémentaires pourraient être disponibles afin de baliser davantage, si nécessaire, les frontières entre la psychothérapie et l’ensemble des autres interventions des professionnels du domaine de la santé mentale et des relations humaines, notamment l’intervention sociale pratiquée par les travailleurs sociaux.

Les thérapeutes conjugaux et familiaux

Les thérapeutes conjugaux et familiaux ont fait valoir et démontré que la psychothérapie est au cœur de l’exercice de la profession de thérapeute conjugal et familial et la très grande majorité d’entre eux possèdent déjà leur permis de pratique de la psychothérapie.

Nous continuerons à suivre de près le sujet et à nous prononcer sur les dossiers pertinents qui s’y rattachent. L’Ordre participe d’ailleurs aux travaux du ministère de la Santé et des Services sociaux concernant le prochain programme public de services de psychothérapie.

Obtenir le permis de psychothérapie

Vous souhaitez obtenir le permis de psychothérapeute? Voici les quatre critères pour soumettre votre demande de permis.

Le règlement sur le permis de psychothérapeute prévoit quatre critères pour les membres de l’OTSTCFQ :

  • Être membre de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec;
  • Détenir une maitrise dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines;
  • Avoir suivi 765 heures de formation théorique en psychothérapie de niveau universitaire;
  • Avoir suivi 600 heures de stage en psychothérapie.

Pour obtenir plus amples renseignements, nous vous invitons sur le site de l’Ordre des psychologues du Québec.

 

Partager